Uncategorized

L’abcès chez le cheval

Ce n’est pas vraiment un article en soi mais plutôt un partage d’expérience étant donné que je n’ai vu qu’une fois un abcès sur mes chevaux.

Pour remettre les choses dans leur contexte c’est arrivé à la fjord de ma sœur et mon père. Ponette légèrement rondouillette, qui aime faire des provisions parce qu’elle a manqué de nourriture et d’amour par le passé avec son ancienne propriétaire …

Comment on s’en est rendu compte ?

Elle boitait fortement d’un antérieur.

1ère chose à faire : observer la boiterie ?

En l’observant se déplacer on voyait bien que la douleur venait lorsqu’elle posait le pied au sol en appuyant dessus (boiterie d’appui élevée). On a palpé ses membres, appuyer un peu partout pour voir si la boiterie ne venait pas d’un éventuel coup de sabot de ses congénères, une chute ou autre. Or rien d’anormal, pas de douleurs apparentes, tous les os à leur place, rien de cassé, ras.

2ème chose à faire : observation du pied :

Regarder si le pied est chaud ou froid ? Dans mon cas il était chaud (un autre indicateur qui montre que le problème est bel et bien là ; les autres sabots étant froids / à température normale.). Regarder la sole, la fourchette, les glomes, d’éventuelles anomalies. Dans mon cas, rien d’apparent, rien de visible.

On a alors prit un cure pied pour bien tout nettoyer, vérifier qu’il n’y a pas de cailloux. Et en profiter pour appuyer un peu partout sur la sole pour voir une éventuelle réaction. Dans notre cas 0 réaction et toujours la boiterie qui fait mal à regarder …

Se pose alors une question …

J’appelle qui ? Le vétérinaire ? Le maréchal ferrant ?

Dans un premier cas je ne vous recommanderai que d’appeler votre maréchal ferrant !!! Comme sa définition l’indique il est spécialiste du pied du cheval !! Je le répète, un maréchal voit des pieds, des sabots tous les jours, il a une connaissance parfaite du pied (normalement, si c’est un bon maréchal je vous l’accorde).

Sans leur casser du sucre sur le dos loin de là, bon nombre de fois j’ai entendu que des vétos avaient « charcuté » le sabot d’un cheval pour un abcès … Un vétérinaire ne peut pas être spécialiste en maréchalerie, dentisterie, ostéopathie … Imaginez la longueur des études sinon … Ça ferait un bac +15.

En plus de ça personnellement le maréchal ferrant m’a juste compté un mini déplacement, il se déplaçait déjà pour quelqu’un d’autre dans le coin … Quelqu’un d’honnête qui ne compte pas des déplacements à gogo ! Un véto aurait pris beaucoup plus cher que ça, pour peut-être en plus nous renvoyer vers un maréchal ferrant … Au pire le maréchal ferrant ne trouve pas le problème et vous demande de voir directement avec le vétérinaire ou de faire une radiographie du pied. Mais je vous conseille vivement de commencer par appeler le maréchal ferrant.

Lorsque le maréchal passe qu’est-ce qu’il fait ?

Pince à sonder.

Il sonde le pied à l’aide d’une pince, il fait des points de compression pour voir si le cheval réagit ou pas. Dans notre cas, la ponnette à directement réagit quand il a appuyé à un endroit en se cabrant … Le maréchal à alors « creusé » la sole et on a fini par tomber sur l’abcès qui s’est mis à couler du pus … Je vous épargne les détails peu glamours … Le maréchal qui à tout dans son camion à remplit le trou de l’abcès de Bétadine, l’a vidé plusieurs fois et remis de la Bétadine pour bien nettoyer. Puis il a mis dans le trou un morceau de coton, une compresse et il a scotché le tout …

Pourquoi protéger le pied ainsi et l’enfermer ?

Pour ne pas que des saletés, de la boue, de la terre, des cailloux, s’incrustent dedans et surfassent des problèmes … Ça serait dommage que ça s’infecte encore plus …

Que faire une fois seul sans spécialiste ?

Il faut changer le pansement tous les jours. Désinfecter tous les jours et refaire un pansement…

En premier lieu enlevez délicatement le pansement (ça a pu coller aux patounes !).

Ensuite pour ma part je brosse le « trou » et je le dégage avec la pointe du cure pied pour pouvoir désinfecter à la bétadine puis mettre quelques gouttes d’huile essentielle de tee tree dans le trou. Ensuite je mets aussitôt une compresse sur le trou puis j’enroule le sabot dans tous les sens de scotch… (Attention à ne pas trop prendre les poils y compris ceux du fanon dedans sinon quand vous allez devoir tout enlever vous allez vous amuser …)

Prenez garde, certains aiment bien reposer la papatte, résultat si le trou de l’abcès n’était pas protégé il faut tout bien redésinfecter…

Je ne peux que vous recommander l’utilisation de cette huile essentielle, elle est d’excellente qualité et valide tous les points d’une huile essentielle de qualité, vous trouverez peut être d’autres produits qui vous plairons. Vous pouvez également vous référer à mon article sur l’essentiel pour les chevaux dans cette boutique.

https://shop.naturellementbien.fr/fr/CATALOGUE/18-01-aromatherapie/61-1-huiles-essentielles-bio-naturelles/16-huile-essentielle-de-tea-tree-bio

En ce qui concerne le scotch, je ne peut que vous recommander celui du lien suivant. C’est celui qu’utilise mon maréchal ferrant, et j’en ai testé plusieurs et c’est celui la qui est vraiment le plus efficace et le plus solide !

Pour la petite histoire, au bout d’x jours à faire ça le trou s’est rebouché. Donc On a fini par arrêter les pansements mais tous les 2 mois pendant 6 mois la ponnette nous refaisait une boiterie … Nous avons rappelé le maréchal ferrant à chaque fois, il a creusé à nouveau à l’endroit de l’abcès, vidé, désinfecté, protéger par un pansement etc… Et il s’est passé la même histoire trois fois … Il fallait le temps à l’abcès « descendre ».

Autre petit conseil pour faire mûrir l’abcès plus vide. Les graines de lin, à utiliser cuites, légèrement chaudes, il faut les mettre en couche épaisse au niveau de l’abcès, puis couvrir le tout d’un pansement. A changer tous les jours. Ceci dans le but d’accélérer la maturation de l’abcès en ramollissant la corne.

Après on en a terminé et depuis je touche du bois on a plus eu de soucis avec ça et ça doit faire 6 mois bien tassés !

Voilà pour la petite histoire ! N’hésitez pas à partager mon histoire mais aussi à me partager la vôtre, vos témoignages, vos remèdes en message privé sur mes réseaux sociaux ou par mail. Ainsi peut être que je pourrai faire un article avec vos expériences et surtout en apprendre plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *